Le kaki, ou Plaqueminier

Le kaki, ou Plaqueminier de la famille des ébénacées.

Une famille : les ébénacées

Cette famille est représentée en Provence par le Kaki. 

Les plaqueminiers furent plantés en nombre en Europe vers le milieu du XIXème siècle avec la mode de l’orientalisme.

Le kaki est produit par le plaqueminier, « diospyros kaki ».

Linné disait de lui qu’il s’agissait du loto, fruit si savoureux qu’Ulysse en aurait perdu l’envie de rentrer chez lui. Maintenant on en sait plus et qu’il s’agissait en fait des jujubes.

Le kaki est très riche en vitamine C à la condition de ne pas attendre qu’il soit blet. Donc pour cela, mieux vaut consommer la variété kaki-pomme (Fuyu ou Sharon).

En revanche, j’avoue que consommer un kaki astringent à la limite de l’effondrement a son charme aussi, il est bien plus sucré et savoureux.

Ce fruit à pépins (de 0 à 8) fut l’objet de paris en Chine en raison de leur nombre aléatoire.

Le kaki vert, ses feuilles, son écorce ou sa racine sont utilisés en Corée pour teindre les tissus. Les étoffes ainsi colorées du beige au marron foncé ont une meilleure conductivité de la chaleur, assurent une ventilation, les fibres sont renforcées et c’est aussi un tissu qui devient imperméable et antiseptique.

Cette teinture portait le nom de kaki shibu au Japon et servait à teindre les sacs d’étoffe utilisés pour la fabrication du saké.

Les Japonais les font sécher comme les figues le sont en Méditerranée.

La couleur kaki ne vient pas de la teinture à base du plaqueminier comme on pourrait le supposer. Elle viendrait plutôt d’un mot d’origine indienne signifiant « couleur de poussière ».

Enfin, sachez que le kaki a servi durant de nombreuses générations de paysans chinois à prédire la météo hivernale. Ils coupaient les pépins en deux et suivant le couvert (fourchette, couteau, cuillère) trouvé en plus grand nombre, on savait à quoi s’attendre.

Attention toutefois si vous aimez consommer des kakis tanniques, ceux qui doivent s’effondrer pour être consommés : cela provoque des bézoards gastriques en raison des fibres et du shibuol tannique, qui polymérise dans l’estomac. La présence de Bézoards nécessite une intervention chirurgicale dans ce cas-là. Pour éviter ce phénomène, manger les kakis astringents très mûrs, sans la peau, à la petite cuillère. Mais sachez que le kaki n’est pas le seul responsable de ce phénomène-là, les fibres des salades, épinards, poireau, haricots verts et haricots beurre et les peaux de tomates. C’est un problème qui survient très rarement donc il convient de relativiser et manger de tout en quantité normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Get in touch

Give us a call or fill in the form below and we will contact you. We endeavor to answer all inquiries within 24 hours on business days.